Approche personnelle de la Magie

 

Comment expliquer la notion de Magie sans tomber dans de grotesques élucubrations ? Voilà une tâche délicate qui pourtant me tient à coeur depuis de nombreuses années. 

 

Galvaudée par des articles peu élogieux ou des ouvrages commerciaux, l'idée même de Magie est par conséquent plutôt confuse dans l'esprit de beaucoup de personnes : des plus jeunes, ballôtés à travers les séries et films entre supers pouvoirs et sorciers maléfiques, aux moins jeunes, moqueurs souvent par crainte ou arrogants par stupidité. Rares sont ceux qui restent humbles devant leur ignorance et encore plus rares ceux qui savent...

 

L'exercice est par conséquent d'autant plus difficile car j'ai appris à mes dépends que je ne serais pas un missionnaire de la bonne parole, celui qui devrait révéler ces choses au plus grand nombre. Non, si des oreilles sont prêtent à écouter, alors je m'évertuerais à expliquer ce que je sais et sens au fond de moi mais j'en ai fini depuis longtemps avec ceux qui ne cherchent que la polémique.

 

La Magie est multiple car il y a de multiples magies. Elle est universelle car présente partout à travers le monde et bien au-delà. Qu'elle soit chamanique, verte, blanche, noire ou autre, elle est une clef possible pour l'ouverture de portes, en nous et au-delà de nous.

Je vais tenter d'être un peu académique en définissant la Magie de la sorte : c'est la mise en oeuvre de divers processus psychiques permettant à l'officiant d'accéder à d'autres réalités et ainsi d'intéragir avec leurs occupants, de gré ou de force.

Certes, cela n'est pas aussi pragmatique que ça : les méthodes sont nombreuses mais comme je l'ai indiqué ci-dessus, notre époque les relèguent au rang de recettes de cuisine pour névrosés mégalomanes. La Haute Magie, encore appelée Théurgie, est peu abordée et utilisée. J'aime l'idée qu'elle est encore une des nobles techniques qui résiste permettant l'accès à la Connaissance, une rituélie certes souvent obscurantiste (par protection je pense) mais infiniment ennivrante.

 

Ainsi donc, cette passion pour les arts magiques ne m'est sans doute pas tombée dessus par hasard : elle remonte à des époques bien lointaines dont je n'ai que peu de souvenirs. Cependant, ce karma inscrit au fond de moi est une chose merveilleuse car il m'a également permis peu à peu d'assumer ma vraie nature, d'accepter ma différence.

C'est sur ce point que j'insiste : la Magie est un système inconscient, plus informel qu'autre chose, qui véhicule un ensemble "d'ondes de formes" ou "formes pensées" et les dirigent vers des buts soit métaphysiques soit, au contraire, égocentriques. Elle transcende l'être, lui permet d'affronter ses peurs et sa nature profonde en le plaçant face à d'autres pans de réalités initiatiques. Elle s'active en de nombreuses circonstances : d'une simple prière à un acte cérémoniel, d'une séance de Reïki à une déroutante expérience psychédélique ; toute volonté dirigée est déjà un acte de magie en soi, le désir d'activer par l'esprit des mécanismes subtils pour dépasser la matière ou la transformer.

 

L'Art Magique est par conséquent la mise en oeuvre consciente de ce système inconscient par le truchement de divers rituels simples ou complexes afin de "déchirer" quelque peu notre réalité et de permettre à notre être de cohabiter temporairement avec les autres formes d'existences qui évoluent parallèlement en d'autres sphères. Ces contacts nécessitent une certaine préparation mentale car il existe là aussi une notion de choc émotionnel trans-culturelle qui conduit bien souvent à une perte de contrôle du sytème utilisé et donc à un traumatisme psychique indéniable et parfois fatal. 

Les perceptions obtenues sont de type archétypale et nous ramène donc à la notion d'Universalité.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now